Professionnel de l’Activité Physique Adaptée – (APA)

Définition générale de la profession : Le professionnel APA élaboredes programmes et des séances d’activités physiques adaptées pour des populations spécifiques (atteintes par une ALD, un trouble psychiatrique, un handicap, un problème plus bénin comme une lombalgie, ou bien personne enceinte, très âgée…) ne pouvant pas exercer ces dernières de façon ordinaire, afin qu’elle en retire un bénéfice pour sa santé et son bien-être.

Les activités physiques adaptées sont définies ainsi : « Encadrées par le professionnel en activités physiques adaptées, les activités physiques adaptées (APA) regroupent l’ensemble des Activités Physiques et Sportives, adaptées aux capacités de la personne. Elles sont dispensées auprès des personnes (enfant-adultes) en situation de handicap, et/ou vieillissantes, atteintes de maladie chronique, ou en difficulté sociale, à des fins de prévention, de rééducation, de réadaptation, de réhabilitation, de réinsertion, d’éducation et/ou de participation sociale. » (SFP-APA, 2010).

L’objectif n’est pas la performance, mais l’acquisition ou le maintien d’un mode de vie sain et actif, la lutte contre la sédentarité, la prévention de problèmes de santé, la réadaptation à l’effort après une période d’inactivité longue (associée ou non à une maladie), la lutte contre les symptômes associés à certaines pathologies et le maintien de l’autonomie.

Les programmes et séances sont adaptés au profil de l’individu et prend en compte ses objectifs, sa pathologie, son handicap physique ou mental ou sa particularité (âge avancé, femme enceinte…). Le programme doit avoir un effet sur la santé et le bien-être de la personne. Les programmes sont ainsi élaborés suite à la consultation de documents de références et d’articles scientifiques et régulièrement mis à jour avec l’avancée des recherches. Des évaluations basées sur des tests reconnus par la communauté scientifique sont réalisées régulièrement afin d’assurer un suivi optimal.

Le professionnel APA travaille en coopération avec les différents professionnels médicaux et paramédicaux et leur transmet régulièrement des bilans de la prise en charge. Pour les affections de longue durée, il agit sous prescription médicale, en accord avec le décret du 30 décembre 2016 qui autorise les médecins à prescrire de l’activité physique, entré en vigueur le 1er mars 2017.

Institut de référence (syndicat, association, fédération) : SFP – APA (Société Française des Professionnels en Activité Physique Adaptée)

  • Formation :
    • Licence STAPS (Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives) option Activité Physique Adaptée à la Santé. De nombreux stages parsèment la formation (club handisport, SSR, EHPAD, hôpital psychiatrique…).
    • Master STAPS – APA avec des spéacialisations (vieillissement, rééducation…). Stage et rédaction de mémoire de recherche ou de pratique en M1 et M2.
    • Après le diplôme : formation en Éducation Thérapeutique, en nutrition… DU ou Brevet d’État, institut privé.

Public concerné : pas de limite d’âge, ni de restriction liée à un handicap ou une pathologie, qu’elle soit traumatologique, physiologique ou psychiatrique, sauf contre-indication du médecin. Consultation : en autonomie avec un certificat de non contre-indication à la pratique d’une activité physique ou par prescription médicale en cas d’ALD. Prises en charge : individuel, duo/trio ou en petits groupes restreints

Lieux d’exercice :  A domicile, en institution (EHPAD par exemple), en salle et en terrain extérieur (parc)

Place du métier hors de la France : Le métier existe depuis plus de 30 ans au Canada sous le nom de kinésiologue (à ne pas confondre avec la kinésiologie française) et est incorporé dans la majorité des milieux de santé, sociaux et éducatifs. Les professionnels appartiennent à une équipe pluridisciplinaire. La recherche est aussi très avancée avec le développement de programmes de soins ciblés qui évaluent les effets de l’activité physique ou qui étudient ces moyens d’application.

Le saviez vous ? Des remboursements sont possibles auprès de certaines mutuelles. Des associations proposent aussi des financements (Ligue contre le Cancer).

Idée(s) reçue(s) : Le métier est confondu avec celui de coach sportif ou de kinésithérapeute selon les personnes. Nous pouvons travailler sur les performances sportives jusqu’à un certain point, mais nos connaissances sur les notions d’entrainement et de progression sont limitées. Contrairement à un kiné, nous ne pouvons pas masser ni toucher, hormis pour corriger des postures. Les gestes passifs ou la rééducation ne sont pas de notre ressort, nous ne pouvons intervenir qu’après ou en même temps sur des éléments du corps non concernés.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s